C’est quoi la vélonomie ? Définitions et explications

Vous avez déjà entendu le terme « vélonomie », mais vous ne savez pas de quoi il s’agit ? Vous avez une petite idée, mais sans être capable de définir clairement l’expression ? Voilà justement une définition taillée sur mesure, et les explications raisonnées qui vont avec !

La vélonomie : qu’est-ce que ça veut dre ?

Tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans s’en rendre compte dans Le bourgeois gentilhomme, vous êtes peut-être vélonome… sans le savoir.

Le nom « vélonomie » est un néologisme. Il résulte d’une contraction, obtenue à partir des mots « vélo » et « autonomie ».

Vous vous dites peut-être que oui, c’est bon, vous savez faire du vélo tout(e) seul(e).

Mais ce n’est pas cet aspect-là que couvre ce nouveau concept. Plutôt, un(e) « vélonome » est capable d’entretenir et de réparer son vélo sans aide. Elle ou il se montre, tout simplement, autonome.

C’est un(e) cycliste pour ainsi dire « indépendant(e) », qui sait affronter les pannes et les dysfonctionnements à la simple force de ses compétences (et de ses bras…).

La vélonomie : pourquoi est-ce important ?

Depuis plusieurs années, comme vous le savez très probablement, le cyclisme n’a cessé de prendre du galon.

Tout d’abord pour des raisons écologiques. L’accent mis sur la mobilité douce par de nombreux gouvernement a encouragé une partie de la population à abandonner sa grosse voiture pour la petite reine.

Aussi pour des raisons pratiques. La circulation devenant de plus en plus pénible pour les automobiles, certain(e)s préfèrent la bicyclette.

Dans ce contexte, développer sa vélonomie paraît de plus en plus intéressant. En effet, devoir compter sur l’intervention d’un spécialiste à la moindre déconvenue (pneu dégonflé, chaîne rebelle…) est susceptible de devenir coûteux sur le moyen et long terme.

D’autant que selon les situations, il n’est pas toujours possible d’entrer dans une boutique ou un atelier consacré.

LE SAVIEZ-VOUS ?

La crise du COVID19 a malheureusement torpillé une partie des secteurs économiques. Certains ne se sont pas encore remis de l’impact qu’ont eu les confinements sur leur rentabilité.

D’autres fanges commerciales, au contraire, ont bénéficié d’un boost très intéressant. Et c’est justement le cas pour les vendeurs ou réparateurs de vélos. Eu égard à la peur d’attraper le virus, par exemple, ou par nécessité d’assurer des livraisons dont le nombre a explosé durant la pandémie, la petite reine a été progressivement mise à l’honneur.

Ainsi, de manière naturelle, le taux de « vélonomie » a augmenté en France. De plus en plus de personnes intègrent la pratique du vélo au quotidien, et en découvrent les subtilités.

Quelles sont les limites cette indépendance ?

Théoriquement, la vélonomie peut s’étendre généreusement. Les plus aguerris développeront de grandes compétences avec le temps, et sauront parer à de nombreuses situations fâcheuses.

Mais les professionnels du vélo n’existent pas pour rien ! Dans quelques cas, et à mois que vous ne soyez vous-même un(e) spécialiste évidemment, nous vous conseillons de renoncer à la vélonomie.

À lire aussi  Tricycle évolutif : Pourquoi les enfants l’adorent ?

Quand est-il préférable de renoncer à la vélonomie ?

  • Certaines opérations délicates supposent l’intervention d’un expert. Tout ce qui concerne les freins, par exemple, peut avoir un gros impact sur la sécurisation de l’engin.

  • Pour les entretiens annuels (ou selon une autre fréquence de votre choix), il pourrait s’avérer plus sage de confier le vélo à un mécanicien agrégé. Puisque c’est sa profession, il a une vue d’ensemble, une expérience aiguisée qui lui permet de prendre en compte tous les aspects.

  • Les vélos professionnels aux prix vertigineux sont souvent fabriqués à partir d’une technologie de pointe. Pour qu’ils soient efficaces sur le long terme, solliciter une intervention paraît plus cohérent.

Mais dans plusieurs situations, la vélonomie présente des avantages non négligeables. Les voici.

Quels sont les avantages de cette compétence ?

Nous vous encourageons vivement à cultiver votre autonomie en tant que cycliste.

En effet, ne rien connaître de votre vélo peut vite devenir un handicap et compliquer vos trajets. C’est d’autant plus le cas si vous utilisez la petite reine de manière intense, ou que vous la mobilisez en hiver : l’usure se fera ressentir rapidement, et les petits tracas mécaniques suivront.

En empruntant la voie de la vélonomie, vous gagnerez du temps et de l’argent.

Aussi, car c’est malheureusement un critère à prendre en compte, cela limite les chances qu’un mécanicien peu scrupuleux ne vous facture des interventions inutiles ou poussives parce qu’il sent votre manque total de connaissance sur le sujet.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Certaines associations de cyclistes proposent des cours de « vélonomie », parfois gratuitement, pour encourager les usagers à connaître leur moyen de transport préféré. N’hésitez pas à vous renseigner sur ce qui est proposé dans votre région.

Qui sait ? Peut-être que vous-même, vous prendrez un jour le relai pour aider les néophytes à devenir vélonomes !

La vélonomie : un concept à double tranchant ?

Certains spécialistes de la bicyclette peuvent grogner face à l’essor de la vélonomie. Et dans un sens, on peut les comprendre.

Plus les cyclistes sont autonomes au moment de réparer et d’entretenir leur engin… moins les services en atelier sont sollicités.

Toutefois, il est tout aussi normal que les usagers ne veuillent pas payer pour des tâches qu’ils ont la possibilité d’exécuter eux-mêmes.

En somme, on peut se rappeler du conseil donné plus tôt : il est possible de confier les interventions plus délicates aux experts, et de faire des économies en réalisant tout(e) seul(e) les « menus travaux ». Voilà un bon compromis, non ?

Ce qu’il faut retenir à propos de la vélonomie

On ne parle pas de « vélonomes » depuis très longtemps, mais le terme revient suffisamment pour qu’on s’y intéresse !

Très moderne, ce concept va de pair avec la démocratisation toujours plus large de la bicyclette, à l’heure où elle revêt une importance particulière dans le cadre de certains métiers.

Quel que soit votre profil, n’hésitez pas à acquérir quelques bases. Et lorsque vous atteignez vos limites, sachez que les professionnels sont là pour prendre le relai !

Laisser un commentaire