Quelles précautions prendre pour ne pas se faire voler son vélo ?

Il y a certaines précautions qu’il est vraiment important de prendre pour ne pas se faire voler son vélo. En effet, malheureusement, les voleurs de petite reine ne cessent de sévir à travers le monde. Les statistiques ont de quoi faire froid dans le dos : en France, ce sont plus de 1000 vélos qui, en moyenne, sont dérobés à leurs propriétaires… quotidiennement.

Face à ces statistiques, il est normal de s’inquiéter. Mais il ne s’agit pas de paniquer pour autant.

Découvrez nos conseils avisés à ce propos. On ne peut pas promettre une efficacité à 100%, mais ce qui est sûr, c’est que vous optimiserez vos chances de garder votre engin sans qu’une personne mal intentionnée n’en fasse sa proie mécanique

1. Une valeur sûre : le cadenas

Très honnêtement, il paraît absurde aujourd’hui de ne pas sécuriser son vélo, même pour un stationnement de quelques minutes. En particulier lorsqu’il s’agit de modèle vraiment cher comme les vélos électriques qui restent loin d’être abordables.

Les témoignages de vols instantanés pullulent : certains effrontés vont jusqu’à suivre les déplacements des propriétaires peu précautionneux pour s’emparer d’une bicyclette à la moindre occasion. Il suffit parfois de quelques secondes pour que votre cher moyen de locomotion s’érigent au rang de vieux souvenir.

Il est donc indispensable d’opter pour un cadenas. Le prix de ce dernier ne devrait pas être un frein : il s’avère généralement préférable de dépenser quelques euros supplémentaires pour protéger au mieux son deux-roues que de préférer les petites économies… pour finalement être contraint d’en racheter un !

Quel cadenas pour vélo puis-je choisir ?

On vous conseille davantage les cadenas à clé que ceux fonctionnant avec un pavé codé. En effet, ces derniers sont bien plus faciles à détacher.

Dans tous les cas, préférez les modèles affichant un haut niveau de sécurité : plus l’on monte en gamme, plus les moyens déployés par les voleurs exigent du matériel de pointe. Cela réduit les possibilités aux plus… motivés d’entre eux.

2. Penser à ranger le vélo dans un lieu fermé (garage, cave…) quand c’est possible

Oui, les cadenas offrent un moyen efficace et rassurant de sécuriser votre petite reine. Mais sa Majesté se sentira sans doute plus à l’aise au sein d’un endroit clos.

Lorsqu’il s’agit de faire un trajet diurne, pour des emplettes par exemple, il est rarement possible de trouver une zone fermée, certes. Mais la nuit, la donne change particulièrement. Si c’est possible, songez à mobiliser un garage, une cave… ou éventuellement une pièce de votre logement, comme certains le font.

Pourquoi est-il important de garder son vélo à l’intérieur quand la nuit tombe ?

En laissant votre vélo à l’air libre toute la nuit, même sécurisé, vous l’exposez aux interventions malfaisantes. En effet, lorsque les rues se vident, les voleurs ont carte blanche pour déployer des moyens pointus, susceptibles de mettre à mal la plupart des cadenas – si c’est tous, selon la puissance technologique des outils.

À lire aussi  Peut-on faire du vélo quand on est enceinte ?

Alors certes, la porte de votre garage pourrait subir un sort analogue. Mais encore une fois, nous n’avons pas de solution miracle : il s’agit de mettre toutes les chances de votre côté !

3. Ne pas (trop) provoquer la convoitise

Imaginons que vous ayez un magnifique VTT et un vélo simple de ville. Il paraît vraiment plus raisonnable d’utiliser le second si vous allez simplement faire quelques emplettes. Même en optant pour une bonne sécurisation, faire miroiter une magnifique monture au cœur d’une zone urbaine, c’est prendre des risques inutiles.

Montrez-vous particulièrement vigilant lorsque vous venez d’acquérir votre engin. Plus il est rutilant, plus il fait scintiller « l’éclat du neuf », plus grandes sont les chances pour que des regards en biais se posent sur lui…

L’assurance contre le vol de vélo : une option à envisager

Certaines personnes n’ont qu’un seul vélo, et ne peuvent donc pas en changer selon les activités qu’elles pratiquent. Dans ce cas, il est intéressant de souscrire à une assurance contre le vol.

Bien sûr, il n’est pas question ici d’empêcher le crime (scotcher le contrat d’assurance au guidon n’a rien de dissuasif, selon nos expériences !), mais d’en limiter les dégâts financiers s’il devait survenir.

4. Bien vérifier la sécurisation du vélo avant de s’en éloigner

Malheureusement, chaque année, les cyclistes voient leur poulain à roues s’envoler… par étourderie. Lorsqu’un rendez-vous approche, que les secondes s’égrènent d’un bout à l’autre du sablier, la précipitation prend parfois le dessus.

C’est là qu’on risque de mal refermer le cadenas, par exemple. Évidemment, les voleurs n’attendent que ça. Parmi eux, certains vont expressément vérifier dans quelle mesure les propriétaires ont bien attaché l’engin. En d’autres termes : quelques secondes de concentration ont de quoi sauver votre possession !

5. Trouver un vrai support d’attache

En parcourant les parkings à vélo, on peut souvent voir des vélos qui ne sont attachés à rien en particulier : seule une roue, par exemple, est affublée d’un cadenas.

C’est une approche que nous vous déconseillons. En effet, les spécialistes auront tôt fait de déjouer votre sécurisation. Certains risquent de s’y mettre à plusieurs pour soulever la bécane et l’emporter grâce à un véhicule. Ils ont ensuite tout le loisir de détruire votre cadenas…

À quoi puis-je attacher mon vélo ?

Attention : il faut vraiment prioriser les points d’attache… qui en sont vraiment. Sécuriser l’engin n’importe où peut susciter la colère de certains automobilistes ou passants.

La promotion toujours plus active de la mobilité douce a encouragé les municipalités à multiplier les « parkings à vélos » depuis plusieurs décennies. En principe, vous devriez rapidement trouver votre bonheur.

Ne pas se faire voler son vélo : la balle est dans votre camp !

Maintenant que nous vous avons donné ces quelques conseils, c’est à vous de jouer.

N’hésitez pas à optimiser le dispositif sécuritaire déployé, en investissant dans un bon cadenas et en choisissant stratégiquement les lieux de dépôt.

Évidemment, vos choix dépendront aussi des circonstances : certaines zones sont plus exposées aux vols que d’autres, et votre toute vieille bicyclette nécessitera peut-être moins de sacrifices qu’un vélo électrique flambant neuf !

Laisser un commentaire